Morts pour la France !

En clamant cette phrase pour chacun des soldats tombés au champ d’honneur, les enfants qui participaient aux cérémonies patriotiques du 11 novembre, ont montré qu’ils étaient d’autant plus sensibles au sacrifice de ces hommes qui n’ont pas eu comme eux « le temps de vivre », et notamment ceux dont le nom est inscrit à jamais sur la pierre de nos monuments aux morts.
Mais à l’heure où « toutes les générations se rassemblent et se recueillent », la nation rendait aussi « un hommage particulier aux soldats morts pour la France en opérations extérieures, en inaugurant un monument national à leur mémoire ». En citant leurs noms, Mme RINGEVAL n’a pas manqué de nous rappeler que « la préservation de notre indépendance, de notre liberté et de nos valeurs, repose sur ceux qui ont donné leur vie pour la défendre ».
Que ce soient les poèmes de Fabienne Berthommier, illustrant le douloureux souvenir de ces fils arrachés à leurs familles, lus par les enfants de l’école Jules Ferry, où celui tout aussi déchirant du soldat John McCrae évoquant « les rouges coquelicots » fleurissant nos cimetières, récité par les élèves de l’école Ringeval, tous ces textes nous ont fait revivre le drame des tranchées vécu par ces « enfants de la patrie ».
Et les accents enfantins de la Marseillaise, reprise ensuite par les musiciens de l’Harmonie, trouvent ici une résonance particulière, à l’occasion de ce nouvel hommage rendu par tous, parents, enseignants, élus ou anciens combattants, avec leurs porte-drapeaux, aux côtés de Mme le Maire et de Michel DEZ, président des ACPG, au pied de nos monuments aux morts. La cérémonie s’est d’ailleurs poursuivie à l’Espace animation avec une intervention de Pierre PAVY sur les circonstances historiques de la signature de l’armistice dans la forêt de Compiègne, propres à nous rappeler encore le difficile chemin vers la paix et la liberté des peuples.