Un tournoi inter-jeunes de handball

Le HBCRO a toujours eu pour vocation première d’utiliser l’activité sportive comme un moyen éducatif qui permette un épanouissement des jeunes. Dans cet esprit, le club a régulièrement proposé au LALP de Raillencourt Ste Olle de les initier à la pratique du handball, et plus récemment d’y associer d’autres jeunes de l’ITEP, où Dominique DEROUSSEAUX travaille comme éducateur.
« Le dispositif ITEP/SESSAD (Institut thérapeutique éducatif et pédagogique/ Service d’éducation spéciale et de soins de proximité) « Jacques Pauly » de Cambrai a ouvert ses portes en octobre 2014. Il accueille un public mixte de 6 à 18 ans présentant des difficultés psychologiques dont l’expression, notamment l’intensité des troubles du comportement, perturbe gravement la socialisation et l’accès aux apprentissages. Ces enfants et adolescents se trouvent, malgré des potentialités intellectuelles et cognitives préservées, engagées dans un processus handicapant, qui nécessite le recours à des actions conjuguées et à un accompagnement personnalisé. »
Au-delà de leur suivi thérapeutique et pédagogique, ils sont également encadrés par une équipe d’éducateurs. C’est ainsi que le président et entraîneur du HBCRO a proposé à ses collègues d’y inscrire les enfants qui progressaient suffisamment en terme de comportement, et plus largement de les faire participer à la vie du club en organisant un tournoi interjeunes. Devant le succès de la première édition en novembre dernier, les jeunes du LALP et de l’ ITEP ont donc rejoint les joueurs du HBCRO pour un nouveau tournoi à la salle des sports le mardi 14 février.
Sous la direction conjointe de Dominique DEROUSSEAUX président du club local de handball (HBCRO) et éducateur de vie quotidienne, de Laurent MAQUET, éducateur sportif, et de Colin ROSSIGNOL responsable du LALP, une cinquantaine de jeunes ont ainsi pu constituer quatre équipes « nationales » et disputer autant de matches pour tenter d’arracher la victoire au terme d’un tournoi qui leur a permis « d’évacuer leur trop plein d’énergie » mais qui était aussi selon leurs éducateurs « l’occasion de vivre et de partager un moment plus convivial où chacun accepte l’autre avec sa différence, sociale, culturelle, ou familiale ».